Gare aux friandises que nous donnons à nos compagnons à quatre pattes: elles peuvent entraîner la mort….

Ils sont (très) gourmands, tous comme nous.

ImageImage

Mais certains aliments, inoffensifs pour nous, leur sont fatals.

Image

S’ils ont l’opportunité de chiper un morceau de tarte ou de pain, un os après le repas des maîtres, ils ne vont pas se priver.

Même un Médor bien dressé.

Et on ne parle pas du chat.

Or n’oublions jamais que leur organisme n’a que peu à voir avec le nôtre.

La friandise qui nous fait saliver et qu’ils tentent de voler peut s’avérer mortelle.

OImageImage

Petit tour d’horizon:

Lait et fromage

Image

riches en lactose, ne sont pas assimilables, par leur intestin qui est dépourvu de l’enzyme permettant de les digérer.

Le fromage peut même entraîner une grave inflammation du pancréas.

Fort appréciés de nos amis à poils, les aliments gras et très salés entraînent des pancréatites.

Si l’animal ne bouge plus, et geint ou agresse quand on lui touche le ventre, il faut consulter en vitesse.

Quant au sel

thIUPV6371

il provoque l’insuffisance rénale – les reins sont fragiles chez les félins.

Image

– gare au thon en boîte par exemple –

Troubles cardiaques, comas, convulsions ne sont pas exclus.

Rappelons qu’il existe du thon distribué par les vétérinaires, spécialement adapté à la santé de nos compères.

Il est en outre déconseillé de nourrir le chien avec du poisson cru qui, en grande quantité, entraîne une déficience en vitamine B, avec perte d’appétit.

Autre danger

Image

Un excès de foie engendre chez le chien une intoxication à la vitamine A qui détruit os et muscle.

C’est bien connu, les Helvètes adorent le chocolat.

Image

Et bien, figurez-vous que chiens et chas également!

Mais pas tous, heureusement: le cacao contient de la théobromine, et pour eux, c’est du poison en barre.

Cent cinquante grammes de choc peuvent tuer un chien de dix kilos, précise un chercheur français.

Danger caché et méconnu dans les restes de repas que nous pouvons leur donner.

Gare aux oignons et à l’ail

Image

qui s’en prennent aux globules rouges de nos poilus.

S’ensuivent vomissements, anémie inexpliquée, tachycardie, voire la mort si par hasard l’ingestion est très importante.

article paru dans le Coopération no 47 19 novembre 2013 – Bernadette Richard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s